Accueil > Actions > « Histoires Recyclables » souffle sa première bougie !

« Histoires Recyclables » souffle sa première bougie !

ILS EMPORTENT AVEC EUX UN LUXE DONT ILS ONT DECIDÉ D’ABUSER : LE TEMPS !

dimanche 4 septembre 2011, par Julien Debenat

Il y a un an, le 1er Juin 2010, Amandine et William quittaient la ville de Luang Prabang, au Laos, pour démarrer une aventure pas comme les autres. Leurs Histoires Recyclables, c’est un voyage de retour vers la France dédié à la rencontre d’initiatives locales et d’élèves à travers une vingtaine de pays de l’immense étendue eurasienne. Autour des thématiques de l’eau, du recyclage et de la biodiversité, les deux porteurs du projet se font les enquêteurs et les relais de bonnes idées dans le domaine de la santé environnementale, ainsi que les animateurs d’ateliers pour sensibiliser les plus jeunes. A l’occasion du premier anniversaire de cette belle aventure, petite présentation de ces Histoires Recyclables…

Arrêter de parler et se mettre en action

Amandine a grandi dans le bergeracois avant de rejoindre Bordeaux, Toulouse puis Paris pour ses études universitaires. Elle s’engage rapidement dans la voie du développement dans les pays du Sud et travaille quatre ans dans les domaines de la conservation et de la coopération scientifique dans les régions tropicales. William est originaire de l’Ariège et rejoint l’humanitaire avec un diplôme de technicien de l’eau et de l’assainissement en poche. Il effectue des missions pour diverses ONG pendant six ans sur les continents africains et asiatiques. En 2009, les deux jeunes gens décident d’arrêter de parler d’un rêve d’itinérance prolongée pour le mettre en action :
« 1er Juin 2009 : dans un an, nous partons !"
Depuis quelques mois déjà ils se répétaient jusqu’à s’enivrer sagement ce rêve de voyage : un retour du Laos vers la France… par la terre. Finies les démultiplications aériennes de leurs empreintes écologiques ! A eux l’Asie Centrale ! Deux moteurs parmi tant d’autres. Deux moteurs parmi l’envie de partage, la soif d’apprendre, l’engagement, être amoureux, avoir du temps…
1er Juin 2010, donc. La date est lancée et déjà envahit leurs pensées. Encore lointain en apparence, ce jour, pourtant, s’imprime dans les lignes du quotidien. Côté pile : l’imagination, les lectures, les peurs et les jouissances de l’anticipation. Côté face : les préparatifs, administratifs, logistiques, financiers. »
(Source : Document de projet « Histoires Recyclables »)

Douze mois plus tard, c’est le grand départ. Ils quittent leur petite maison laotienne et s’ installent avec leurs sacs à dos dans un premier bus vers le nord du pays. Ils emportent avec eux un luxe dont ils ont décidé d’abuser : le temps ! La mission qu’ils se sont donnés est d’amener à une réflexion sur nos modes de vie et de consommation. Pour cela, le projet s’articule autour de deux composantes principales : un volet d’enquête sur les initiatives locales d’une part et le développement d’une valise pédagogique pour l’animation d’ateliers de sensibilisation d’autre part. Avec en toile de fond une volonté forte de ne pas être que ‘passants’ dans les pays et les cultures qui les attendent mais de participer aux actions locales qui les séduiront. Et la conviction défendue qu’il existe partout des personnes engagées qui tentent chacune avec ses moyens de réconcilier l’homme avec son environnement.

Loin des discours sur le « développement durable »

Loin des discours sur le « développement durable » ou des grands déploiements des Organisations Internationales, ce sont des personnes enracinées dans leur communauté, agissant localement, au quotidien, qu’ils souhaitent rencontrer et dont ils espèrent partager l’inspiration.

Les régions du Yunnan et du Sichuan, dans le sud de la chine, leur offrent bientôt matière à reportage et à réflexion. A Luchun, un couple de Singapouriens a décidé de monter une petite entreprise de recyclage du papier pour venir en aide aux femmes Hanis en difficulté. A Shangri La, Wende Gomba et deux collègues ont monté un Institut dédié à la sensibilisation environnementale et à la formation des populations locales, installés dans un bâtiment écologique modèle au cœur des pâturages. A Chengdu, ils découvrent « le parc de l’eau vivante », petit parc de loisirs dans la ville où les familles viennent se promener et apprendre l’écologie de différents milieux aquatiques et leur rôle naturel d’épuration des eaux sales. Dans le village d’An-Long, l’association CURA offre aux familles volontaires des formations techniques à l’agriculture biologique, à l’installation de digesteurs pour faire du biogaz, au compostage des déchets humains, etc. Associations locales ou entreprises sociales, toutes ces initiatives regorgent de bonnes idées qu’Amandine et William partagent ensuite avec d’autres personnes sur la route. Les premiers mois sont aussi l’occasion de tester leurs animations pédagogiques et de passer deux semaines complètes dans une école-orphelinat qui accueille une soixantaine d’enfants tibétains. Ils présentent également pour la première fois en public leur démarche, auprès d’étudiants francophones de la ville de Chengdu.

Oulan-Bator :la capitale la plus froide du monde

Après un crochet vers le mythique Lac Baïkal, ils arrivent en Mongolie en septembre 2010 et décident de passer l’hiver dans la capitale la plus froide du monde. Commence alors la deuxième étape des Histoires Recyclables, durant laquelle se nouent beaucoup de contacts et s’étoffe significativement leur valise pédagogique. Désormais, ils ne proposent plus seulement des interventions auprès des jeunes mais la formation de Clubs d’étudiants, encadrés de quelques adultes, qui pourront ensuite par eux-mêmes organiser des ateliers de sensibilisation dans leur école et dans leur communauté, assurant ainsi une continuité à l’intervention des deux animateurs pédagogues itinérants. Plusieurs journées de bus les amènent dans des villages éloignés de cet immense pays de steppes où agissent des organisations telles que « Sentier d’Action » ou « Les Pieds sur Terre ». Ils visitent les sites de projets de serre solaire passive pour l’agriculture, de toilettes à compost pour l’assainissement des zones urbaines, de coopérative de laine de yak, d’un centre de recherche et de formation à l’apiculture, etc. Et rencontrent à chaque fois des personnes engagées et dynamiques dont ils publient les portraits sur leur site www.histoiresrecyclables.net. Par ailleurs, quatre classes françaises deviennent les partenaires fidèles des Histoires Recyclables, discutant avec les voyageurs sur leur site internet, participant à des échanges thématiques avec des écoles mongoles ou encore réagissant activement aux articles qu’ils parcourent.

Aujourd’hui, Amandine et William s’apprêtent à poursuivre leur route vers l’ouest. La durée prévisionnelle de leur projet s’est allongée et leur démarche pédagogique s’est consolidée. Ils exploreront encore les steppes continentales en Mongolie Intérieure chinoise, puis au Kazakhstan avant de gagner les hauteurs de l’Asie Centrale. Au-delà de leur travail de terrain, ils resteront pleinement investis dans leurs échanges avec les écoliers français, à qui ils comptent bien rendre visite plus tard, à leur arrivée en France. Alors, bon anniversaire à Histoires Recyclables et… bonne route !
Leur démarche vous intéresse ? N’hésitez pas à explorer leur site, très complet : www.histoiresrecyclables.net ou à les contacter directement à l’adresse suivante : histoires.recyclables@gmail.com