Action Francophone Internationale (AFI)

Accueil > Actualité > La vision des choses et des gens raciale et... électorale de (...)

La vision des choses et des gens raciale et... électorale de Sarkozy.

jeudi 1er février 2007

Le footballeur Lilian Thuram a estimé que Nicolas Sarkozy avait une vision "raciale" des choses et des gens, dans un entretien diffusé mercredi 31 janvier par la radio France Culture.

Evoquant son entretien de l’automne 2005 avec le ministre de l’Intérieur, juste après la crise des banlieues, Lilian Thuram raconte : "Il me dit, vous savez, c’est les Noirs et les Arabes qui créent des problèmes dans les banlieues. Et moi je lui dis : non, ce ne sont pas les Noirs et les Arabes qui créent des problèmes dans les banlieues, ceux qui créent des problèmes dans les banlieues, ça s’appelle des délinquants".

"C’est à dire qu’il a une vision raciale des choses et des gens", poursuit l’international français, qui avait vivement critiqué à l’époque certains propos de Sarkozy, notamment l’expression "racaille" pour parler des délinquants des banlieues.

Or, on peut se demander si Sarkozy n’aurait pas en plus une vision électorale des choses et des gens ! Quel poids électoral représente la communauté noire pour permettre l’élection de Sarkozy comme président de la République ?

Une étude TNS Sofres réalisée pour le Cran (Conseil représentatif des associations noires) du 3 au 23 janvier en France métropolitaine et dans les Dom auprès d’échantillons représentatifs (13.059 personnes interrogées), qui affirme être le premier sondage jamais réalisé sur la population noire de France, révèle qu’ il y a 1.865.000 Noirs de plus de 18 ans en France, soit 3,86% de la population.

Si l’on compare ce chiffre avec la population musulmane en France comptant entre 3,5 millions et 5 millions de personnes, c’est à dire entre 5 et 7% de la population française, Sarkozy aurait plus intérêt à courtiser les musulmans de France. C’est d’ailleurs ce qu’il fait !

De plus, au sein des 4% de la population française "noire" âgée de plus de 18 ans, 56% se déclarent "personnellement victimes de discrimination raciale dans leur vie de tous les jours", nous dit cette étude.

Plus d’un tiers des personnes interrogées (37%) citent une attitude dédaigneuse, méprisante ou irrespectueuse, près d’un quart (24%) une agression verbale, une insulte ou des difficultés lors de l’achat ou de la location d’un logement, des contrôles d’identité ou de police (23%) ou encore des difficultés dans leurs relations avec les services publics (22%). 18% disent avoir rencontré un refus d’embauche qu’ils estiment dû à la couleur de leur peau.

Thuram peut donc continuer à s’inquiéter. Si Sarkozy est élu président, il ne le devra pas à la communauté noire et n’aura donc pas de raisons particulières de considérer les Noirs autrement que comme des causeurs de problèmes...

Xavier Garnier