Action Francophone Internationale (AFI)

Accueil > Actualité > "Nou ké cassé ça !" Quand Ségo parle créole...

"Nou ké cassé ça !" Quand Ségo parle créole...

mercredi 31 janvier 2007

La campagne électorale de Ségolène Royal prend décidément des tournures linguistiques. Après le néologisme controversé de la "bravitude" créé à partir d’un proverbe chinois lors du séjour de Ségolène Royal en Chine, c’est une expression créole utilisée par la candidate socialiste qui a fait polémique dimanche 28 janvier lors de son passage aux Antilles.

Le député de la Guadeloupe et secrétaire national du PS aux DOM-TOM, Victorin Lurel, s’est ainsi scandalisé dans une déclaration faite à l’AFP à Pointe-à-Pitre, de la traduction inexacte de l’expression "Nou ké cassé ça" par "nous allons tout casser" par les porte-parole de l’UMP Valérie Pécresse et Luc Chatel. Ces derniers ont ainsi accusé Ségolène Royal de vouloir casser la République !

Victorin Lurel précise que "ça veut simplement dire que nous allons changer ça", affirmant que "l’UMP ne connaît rien aux départements antillo-guyanais". "C’est faire preuve d’ignorance et d’inculture crasse que de faire croire que le mot +kacé sa+ en créole veut dire +casser la République+ alors que cela veut dire +changer les choses+", écrit le dirigeant PS.

Il estime "scandaleux que l’UMP qui, cinq ans durant, a abandonné l’Outremer, qui a tout cassé au sens premier du terme et tout abîmé, n’a pas financé le logement social, a fait perdre 600 millions d’euros au budget de l’Outremer et, pour tout dire, pratiqué un cartiérisme honteux et un largage insidieux, s’en prenne aujourd’hui à Ségolène Royal".

Conclusion : le créole réussit mieux à Ségolène Royal que les proverbes chinois !

Xavier Garnier