Action Francophone Internationale (AFI)

Accueil > Réflexions > Poème : Le mal n’a pas de synonyme

Poème : Le mal n’a pas de synonyme

Pour l’Afrique en particulier et le monde en général.

dimanche 12 février 2006, par Emile Aseke

Ce poème a été rédigé en janvier 2005 dans le cadre d’un débat dans un forum internet entre les intellectuels d’une des nouvelles provinces de la République Démocratique du Congo, l’un des grands pays que compte actuellement le monde francophone. Deux camps se sont visiblement dessinés parmi les intervenants, l’un accusant le modérateur du forum d’être mal intentionné vis-a-vis de certains abonnés, l’autre le défendant. Pour départager les uns et les autres, l’auteur de ce poème a eu le plaisir et le mérite de mettre fin au débat en invitant tout le monde à une indépendance d’esprit et au réalisme, estimant que pour le bien de la société, le mal reste toujours le mal et qu’il doit être combattu. C’est dans ce contexte précis que ce poème trouve sa raison de figurer dans les sacrées colonnes des idées préconisées par l’Action Francophone Internationale.

Le mal est vérité

Une vérité élective

Une vérité indésirable

Une vérité en furie

Une vérité stratégique

Une vérité alléchante

Car, il n’a pas de synonyme !

Le mal est toujours actuel

Le mal est disette

Le mal est VIH-SIDA

Le mal est terrorisme

Le mal est séisme

Le mal est canicule

Le mal est tsunami

Parce qu’il est le mal !

Le mal est une personnalité

Le mal est une réalité

Le mal est une calamité

Le mal est une ébriété

Le mal est une vérité

Le mal est une nature

Parce qu’il n’a pas de synonyme !

Le mal est astucieux

Le mal est vaniteux

Le mal est imbu

Le mal est têtu

Le mal est obtus

Parce qu’il n’a pas de synonyme !

Le mal se croît omnipotent

Le mal est insensible aux générations

Le mal est réfractaire à l’espace

Le mal minimise la société des hommes

Le mal se moque de tout

Mais son bonheur est un feu de paille, puisqu’il est, et reste le mal !

Personne n’est sans mal, mais personne ne veut du mal

Le mal n’est ami à personne, car le mal brûle tout

Le mal ronge à vie la société, le mal est à combattre

Le mal « n’a pas mal », le mal « est lui-même mal »

Le mal est le mal, le mal n’est pas le bien

Parce qu’il n’a pas de synonyme !

Le mal monte au paroxysme et humilie les Héros

Le mal oppose les frères et détruit les amitiés

Le mal confisque les espoirs et promet les utopies

Le mal distribue les cotes forfaitaires et se fait le juge

Le mal brise l’élan communautaire et disparaît

C’est vrai, il est le mal !

Le mal n’a jamais été annoncé

Le mal ne s’est jamais présenté

Le mal a toujours été hyperprotégé

Le mal a été depuis de temps sous

la carapace imperceptible

Le mal est la mieux décorée des apparences

Et, il n’a pas de synonyme !

Le mal est apatride et robotique

Le mal n’a ni nationalité, ni région

Le mal n’a ni clan, ni tribu

Le mal n’a ni sexe, ni âge

Le mal n’a ni paysage, ni relief

Le mal n’est ni reconnaissant, ni juste

Parce qu’il n’a pas de synonyme !

Le mal est un dieu, il se veut Teutatès

Le mal est satan, le plus astucieux d’entre les anges

Le mal est mal, le plus mal d’entre les maux

Le mal est repoussable, il écrase tout au passage

Le mal est, mieux qu’un adversaire, un ennemi

Puisqu’il reste le mal !

Le mal se métamorphose aisément et embellit sa surface

Le mal n’a pas de racines, il se croît débout alité

Le mal ne construit jamais, sinon c’est sur du sable

Le mal est « Nguma », le « Bindo » réel des consciences

Le mal est entonnoir, la véritable voie sans retour

Car, il n’a pas de synonyme !

Le mal châtie le bien ; le mal renverse les pyramides naturelles

Le mal voit tout en mal ; il mobilise gracieusement tout à sa guise

Le mal promet toutes les merveilles ; le mal se passe pour le bien

Le mal détruit les écosystèmes humains ; il est mécontent de l’ordre

Le mal est un « caterpillar », le mal ne laisse rien sur son passage

Parce qu’il n’a pas de synonyme !

Le mal n’écoute pas, sinon, il fait semblant

Le mal n’apprend jamais, il est orgueilleux

Le mal est aveugle en furie, il crée des victimes

Le mal est savant, le dépositaire attitré du savoir

Le mal ignore tout, car il ignore qu’il ignore

Simplement, parce qu’il n’a pas de synonyme !

Mais son bonheur est un feu de paille

Mais le recul a toujours eu raison sur lui

Mais le vent a toujours eu raison sur lui

Mais le temps a toujours eu raison sur lui

Mais la Vérité a toujours eu raison sur lui

Sans doute, qu’il reste le mal !

L’arme du mal est le mensonge

La victime du mal est la société

L’auteur du mal est le malin

La stratégie du mal est la ruse

La guerre contre le mal n’est pas mal

Parce qu’il n’a pas de synonyme !

L’obstinence au mal est un satan

La tolérance du mal est une complicité

L’ignorance du mal est une trahison

La propagande du mal est une pandémie

La mobilisation contre le mal est un salut

Parce qu’il n’a pas de synonyme !

Qui couvre le mal s’obstrue le chemin

Qui adore le mal conspire contre la société

Qui aide le mal est pire que le mal

Qui tait le mal est plus mal que le mal

Qui défend le mal se rebelle contre lui-même

Parce que le mal n’a pas de synonyme !

Qui loue le mal fait du mal

Qui s’obstine dans le mal vit mal

Qui croît au mal favorise le mal

Qui protège le mal connaît mal

Qui côtoie le mal connu est un mal

Parce que le mal n’a pas de synonyme !

Qui combat le mal fait du bien

Qui rejette le mal sert la société

Qui sait dire non au mal s’éleve

Qui dénonce le mal aura raison

Qui s’oppose au mal est un Héros

Qui châtie le mal construit la société

Simplement, puisque le mal n’a pas de synonyme !

Messages

  • Merci beaucoup mon cher Monsieur Emile. J’ai lu par deux fois ton poeme et je me suis realise qu’il est tres profond. Je suis Gabonais et je pense que ce qui a ete juge utile par votre forum des congolais l’aurait ete, l’est maintenant et le sera encore un jour pour mon pays le Gabon devenu la propriete d’un individu. Meme Jesus-Christ le fils de Dieu a quand-meme prepare la releve au travers de ses Douze. Pourquoi les dirigeants francais se complaisent-il a maitenir tout un peuple en otage par un seul homme ?

    Non et non, nous devons avoir le courage de denoncer ces genres de complicite au sein des clubs d’amis et des africains malfaiteurs publics sous l’egide de la France. Le mal, c’est vrai monsieur, il n’a pas de synonyme, il reste toujours LE MAL. Tu me parait genial. Heureuse annee 2006.

    • C’était le 5 janvier 2005 que je découvrais ce beau poème de M. Emile Aseke dont la plume m’a souvent plu. En son temps, je l’avais intitulé : « Le cri contre le mal ». Le relisant aujourd’hui, je découdre qu’il me parle encore plus qu’hier ; il m’interpelle plus que jamais. L’auteur sait pourquoi. Dans son terroir où le fusil risque de prendre la place de l’outil agricole, le combat contre le mal, qui prend des visages si variés, doit demeurer d’éternelle actualité.
      Lokengo Antshuka N.

  • Cher Membres de l’Afi et chers lecteurs,

    Ce poeme ne me surprend vraiment pas. En realite, je reste de coeur avec son auteur. On y sent l’emotion d’un intellectuel victime d’injustice sociale qui a elu domicile dans tous les pays africains, plus particulierement dans l’Afrique francophone. Le refus du francais serait-il une solution pour sortir l’Afrique francophone de la jungle de manipulation francaise ?

    Oui et non. Ah, c’est penible ! Chacun de nous peut se justifier. Mais l’AFI devrait privilegier sa lettre "A" sur les deux autres. On meurt de France en Afrique. Que celui qui a des yeux voit.

    Intello libre, Tunisie

  • Je remercie l’auteur et demande aux responsable de ce site de m’informer sur les conditions de publication des
    articles par un simple visiteur comme moi.

    Walme Saint Charles, Haiti

    • Aucune condition spéciale si ce n’est d’apporter un regard différent sur le monde en général et la francophonie en particulier dans le sens d’une meilleure compréhension entre les peuples et les cultures - francophones ou non - en faisant par exemple mieux connaître la situation de son propre pays. Dans le cadre d’une réflexion critique sur la francophonie, l’histoire de Haïti est ainsi particulièrement intéressante.

      Techniquement, il suffit de s’inscrire comme rédacteur tel que cela est indiqué sur la page d’accueil.

      Les articles proposés seront validés par les administrateurs du site qui veillent le plus objectivement possible à ce que les textes ne présentent pas de contenus pouvant porter atteinte à la dignité des peuples ou des individus. Ce site n’en reste pas moins un espace de libre expression appartenant à tous les francophones par libre adhésion.

      Pour adhérer à l’AFI, il suffit de faire symboliquement une déclaration de francophonie en nous contactant au courriel suivant : afi_contact@yahoo.fr

      Merci de l’intérêt que vous portez à notre action francophone internationale.

      La francophonie est à réinventer !

      Voir en ligne : Adhésion à l’AFI